COURT-CIRCUIT, L’AUTOGESTION

Immersion

La particularité de la ressourcerie Court-circuit c’est l’autogestion, c’est à dire qu’il n’y a pas de hiérarchie. L’organisation, les règles, sont décidées par l’ensemble des personnes de la structure. Les tâches sont partagées. Les responsabilités sont réparties sur les épaules de chacun.

Lors de mon passage, la ressourcerie fonctionnait avec 8 salariés et des bénévoles plus ou moins réguliers. La règle d’or c’est le dialogue ! Ici, une réunion chaque mercredi matin permet de mettre en discussion différents points : les actions à venir, les questions soulevées la semaine précédente ou établir le planning, etc… C’est aussi le moment de s’exprimer sur son ressenti au sein de l’équipe, son état du moment : fatigue, problèmes familiaux, etc… à ne pas prendre à la légère !! car il permet de  comprendre certaines réactions des collègues et éviter les conflits [lien 1]. Comprendre l’autre permet donc de mieux coopérer. Lors des réunions, on peut aussi parler de son rapport au travail : « c’est un fardeau cette mission, j’ai l’impression de perdre mon temps » ou au contraire « c’est un vrai plaisir, j’ai plein d’idées, j’aimerai aller plus loin » et ainsi trouver en groupe les dispositions à prendre. Les réunions peuvent être centrées sur des points précis comme les objectifs à long terme, les salaires, les partenariats…
ReunionMercrediChaque réunion fait l’objet d’un compte rendu. Cela permet de suivre l’évolution, se remémorer ce qui a conduit à certaines décisions  et ne pas reproduire ce qui s’est avéré infructueux. C’est aussi permettre à n’importe qu’elle personne qui intègre la structure de prendre le train en marche, en ayant accès de manière transparente aux activités passées. En tout cas, que l’on soit là depuis plusieurs années ou seulement quelques semaines chacun a la possibilité de s’exprimer, les salariés comme les bénévoles !

Le but de l’autogestion c’est l’autonomie de l’individu au sein du collectif. Être autonome c’est pouvoir choisir et agir librement. Contrairement à une entreprise « classique », en autogestion, il n’y a pas d’accaparement du savoir par quelques uns, pas de dossier confidentiel, car cela entraverait l’autonomie des individus et donc le bon fonctionnement de l’activité. (Un choix n’est libre qu’en possession de tous les tenants et aboutissants connus.) Chacun, en tant qu’expert de son propre poste, est libre d’y apporter les modifications nécessaires, mais se doit de rapporter à l’équipe ce qu’y est essentiel pour assurer la liberté d’action des autres. La confiance est donc indispensable.

Il me semble, pour que l’autogestion fonctionne durablement, que le nombre d’individus au sein de la structure doit rester suffisamment petit pour rester gérable par le collectif en son ensemble. La confiance et le dialogue étant des piliers, comment serait-il possible de préserver l’autogestion dans une structure qui a atteint une taille telle que l’on ne peut plus prendre le temps de se parler tous ensemble, et que l’on n’en connait pas tous les membres? [lien 2]

C’est d’ailleurs pour cela que je crois énormément au pouvoir local. Faire en sorte que les décisions les plus importantes se gèrent à petites échelles, au sein d’un collectif où le dialogue est possible et que les gens se font confiance. Si grande échelle il y a, alors ce serait seulement pour le simple partage d’idées, mais pas la prise de décisions qui bousculent la vie de chacun.

Le dialogue c’est la clé de la démocratie. Se mettre d’accord c’est long. Donc oui, si l’on souhaite une véritable démocratie il faut prendre le temps. Le temps c’est l’assurance de notre liberté.ChoixCourtCircuit

D’ailleurs de telles expériences de démocratie existent. Il y a de plus en plus nombreuses « entreprises libérées »[lien 3] ou encore des villes où l’on pratique la vraie démocratie ! [lien 4 et 5]

Je peux vous assurer qu’après une expérience pareille, je ne reviendrai pour rien au monde à un système hiérarchique. Vivement l’autogestion partout !

Repas-CourtCircuit_____________________________

Et parce que travailler ensemble ce n’est pas toujours évident, des outils aident à l’autogestion, la communication non violente (CNV) par exemple en est un précieux  [lien 6]. Certaines personnes diplomates la pratiquent certainement sans le savoir, en connaître les tenants permet d’identifier pourquoi ce n’est pas le fruit du hasard. Le rôle des facilitateurs et les gestes pour les réunions, sont tout aussi utiles, je les avais déjà expérimenté lors de ma participation au collectif Alternatiba à Lille. [lien 7]

Et ce qui est bien avec la communication non violente comme l’autogestion, c’est que ça se pratique dans tous les moments de la vie : à la maison, au travail, avec les amis, dans son quartier…

Les outils d’autogestions évoluent et s’enrichissent au fil des expériences collectives, alors on ne s’ennuie jamais !

_____________________________

LES LIENS :

[1] Une vidéo à destination des enfants qui reprend les principes des 4 grands accords Toltèques de Miguel Ruiz, mais qui peut tout autant aider les plus grands.
[2] je vous conseille la lecture du magazine S!lence sur la démocratie !
[3] documentaire « Le bonheur au travail » de Martin Meissonnier
[4 et 5] la ville de Saillans dans la Drôme a tente la vrai démocratie, une expérience et surtout un apprentissage pas à pas… le 1er lien est un article de Reporterre, le 2nd une présentation du fonctionnement par un habitant.
[6] Des petites astuces pour communiquer sans violence qui changent la vie.
[7] PDF Méthode d’animation de réunion

Publicités

TRANSITION – LE GRAND DÉBARRAS

Transition

Ça y est j’ai quitté le cocon, la coloc’ lilloise. La sécurité de l’appartement tout équipé. La ville. Je conserve le stricte minimum. Le tout tient dans un sac de rando. Transition-DebarrasIl me reste encore des choses dont je vais me séparer progressivement. J’ai encore la possibilité de les stocker et je n’ai pas pris suffisamment de temps avant mon départ dans la Creuse pour m’en occuper. Mais je me fais la promesse de m’en débarrasser. J’ai déjà revendu ou donné une partie, via les amis, le boncoin ou un groupe facebook de don Lille à récup’ (il existe des groupes similaires dans plusieurs villes), les fringues sont parties pour recyclage textile 240, un lieu qui fait friperie, éco-mercerie et atelier et qui vit grâce aux dons de vêtements, tissus, laine, etc.

Finalement, dans ce grand chamboulement, c’est le don qui m’a le plus réjouie : un 1er tapis est parti équiper un numéro de cirque, un 2nd l’appartement d’un jeune couple, un tableau noir d’enfant pour un petit garçon, du matériel de dessin pour une étudiante en beaux arts… (il existe des sites comme donnons.org pour ceux qui n’aiment pas FB). J’étais ravie de m’alléger et les gens étaient contents d’acquérir des objets à moindre frais. J’avais même stocké un vieux lit en bois trouvé dans la rue, dans le but de fabriquer des meubles, mais pour lequel je n’ai jamais pris le temps. Finalement quelqu’un l’a récupéré et transformé en étagère, il m’a même envoyé une photo.

Lit-Etagere

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme !

Le processus, pour me détacher de tout ça a été plus ou moins long, le but n’étant pas de faire ce choix par nécessité (manque d’argent), mais bien par envie. Il y a 4 mois j’avais peur. L’impression d’avoir besoin de tous ces objets pour me sentir en sécurité et continuer à avancer dans mes projets. Trois mois loin de tout ça, m’ont permis de me rendre compte que je n’avais pas besoin d’eux et donc que je pouvais m’en débarrasser.

Désormais je veux vivre léger. Peu de choses pour être plus libre. Moins d’objets, c’est moins d’entrave pour voyager et faire ce dont j’ai envie. Et ce sont quelques pas de plus vers la sobriété heureuse, mon objectif de vie.

Suite des évènements? bénévolat au sein de la ressourcerie Court-Circuit à Felletin, pour un petit mois dans la Creuse au bord du plateau des millevaches.